05/08/2016

Mes bébêtes

Quelques niouzes de la petite famille NAC.

Les baveux ont super bien grandit, même le petit white jade qui avait eu un début de croissance très lent commence à bien pousser.



Quand au margie et au fulica classique, ça pousse toujours aussi bien, j'en suis vraiment content.
Tout récemment j'ai accueilli trois nouveaux résidents, des achatina fulica white jade, qui je l'espère vont bien grandir et me faire des petits!


J'ai aussi rajouté un iule dans le terrarium des baveux, un Telodeinopus aoutii juvénile ou sub adulte, je ne sais pas vraiment. En tout cas il devrait grandir encore un peu.



Je trouve le mouvement des pattes fascinant. C'est un myriapode très gentil qui se laisse facilement manipuler, au pire des cas cette espèce sécrète un petit liquide défensif qui peut être irritant (perso ça ne m'a rien fait), et il peut en profiter pour larguer quelques petites crottes aussi. :o)

Enfin, dernière addition et non des moindre à ma petite famille en terrarium : un gecko léopard. 
Je lorgnais sur les reptiles depuis un petit moment sans oser me lancer, conscient que ça demande beaucoup d'entretien et quelques moyens financiers. Mais le gecko léopard est un lézard dont la maintenance est assez simple, alors quand mon premier salaire est tombé j'ai fini par craquer...et puis franchement, comment résister à autant de mignonneté?!




N'est-il pas adorable?
Malheureusement, je n'ai pour l'instant aucune idée de la phase et du sexe. Pour la phase ça risque d'être difficile (voire impossible) à trouver vu qu'on ne m'a fourni aucun suivi d'élevage, et concernant le sexage l'animal est encore trop jeune. En bref, c'est un gecko mystère, la seule chose que je sais à son sujet c'est qu'il est né le 8 juillet et que c'est bien un Eublepharis Macularius.

Voila, on a fait l'tour!


17/05/2016

Mucus trail

Je ne pense pas vous surprendre en vous disant que je suis un gros "nature nerd". Il y a dans la biodiversité tout un tas de choses qui me fascinent et me touchent profondément, les animaux en particulier. Mais je n'aime pas uniquement les animaux dit "mignons" et capables d'interagir avec l'être humain de façon évidente en montrant de grands signes d'affection et d'obéissance. J'adore aussi les insectes et autres invertébrés, ces animaux un peu ou beaucoup moches qu'on a - en général - pas franchement envie d'avoir en sa compagnie. Parmi eux il y a les escargots, ces petits gastéropodes baveux m'ont toujours plus car je les trouve aussi étranges qu'adorables. Quand j'étais gosse j'aimais les voir se déplacer, les faire se balader sur mes mains, voir le muscle bizarre de leur pied faire des vagues quand ils grimpaient sur une fenêtre...bon, malheureusement je leur ai fait aussi pas mal de misères, mais j'étais dans cette période de l'enfance où on est un peu trop curieux et pas ultra conscient de faire du mal. Bref, je trouve les escargots vachement cool quoi.

Je ne sais plus pourquoi ni comment, mais un jour je me suis retrouvé à chercher des photos d'escargots sur internet, et j'ai finit par tomber sur des images d'escargots géants d'Afrique. Je savais que ces animaux existaient mais je ne m'y était pas intéressé plus que ça. Et là, en voyant tout pleins de photos de ces énormes gluants, j'ai eu un coup de coeur et je me suis dit "j'ai besoin d'un escargot géant dans ma vie"...allez savoir pourquoi, il y a des choses qui ne s'expliquent pas.

Alors évidement je ne me suis pas tout de suite lancé dans l'achat d'un escargot géant, j'ai d'abord fait quelques recherches pour voir si la maintenance d'un pareil animal était complexe et financièrement coûteuse (il s'avère que non, du moment qu'on respecte quelques règles de base et qu'on est un peu bricoleur). Ensuite, en découvrant qu'il en existait une tetrachiée d'espèces j'ai décidé de m'inscrire sur un forum afin de vraiment en apprendre plus et d'avoir de bons conseils de la part d'habitué-e-s. 

Suite à ça, j'ai acquis mes premiers escargots.




Oscar, un archachatina marginata ovum juvénile que j'ai acheté à une éleveuse française via le forum sur les escargots. Déjà bien gros il pourrait bien doubler de volume car il s'agit d'une des espèces les plus grosses chez les GALS (abréviation de Giant African Land Snail). Il est tout simplement adorable et pas du tout peureux (à part au tout début, il lui a bien fallu le temps de s'habituer à son nouveau chez lui). Il a déjà ses habitudes, il a sa branche préférée et son coin dodo dans le terrarium. C'est d'ailleurs amusant à observer, et je ne sais pas si c'est de l'anthropomorphisme ou si c'est un fait, mais j'ai l'impression que même ces animaux, qui ne sont pas réputés pour leur """intelligence""", ont leur propre personnalité.

J'ai aussi deux bébés d'une autre espèce : Achatina fulica. Ils deviennent moins gros que les archachatina mais se reproduisent en plus grand nombre. Le plus gros est un fulica classique (à la peau grise donc), l'autre est un white jade (sa coquille est de couleur normale mais son corps est albinos).






Pour la petite histoire, ces deux là viennent d'Angleterre, et la poste ayant perdu mon colis j'ai bien cru qu'ils n'arriveraient pas vivants. Ce n'est qu'après plus d'une semaine de transit je ne sais où qu'ils sont finalement arrivé. Le plus gros s'est tout de suite réveillé, a mangé, et a fait connaissance avec Oscar. Mais le plus petit était rétracté tout au fond de sa coquille (rarement un bon signe) et ne réagissait pas du tout. J'ai réalisé qu'il était bien vivant en voyant son coeur battre à travers sa coquille translucide, et à la fin de la journée il est enfin sorti...gros soulagement!
Je ne leur ai pas encore trouvé de noms, mais ça viendra.

J'ai aussi dans un autre terrarium des Helix aspersa, AKA petits-gris, soit l'escargot de jardin qu'on trouve un peu partout.


Je n'ai gardé que les deux de droite parce que je trouve leurs coquilles très chouettes et j'aimerais qu'ils fassent des petits. Avec eux logent quatre autres escargots de deux espèces différentes, ils sont aussi très présents dans la région mais la diversité des espèces et leur ressemblances fait que je n'arrive pas encore à les identifier.

Voila voila, à bientôt pour de nouvelles aventures!

12/03/2016

PETIT RANT MILITANT

Je ne suis clairement plus le militant que j'étais au début, presque tout ce que je trouvais intelligent ou drôle lors de ma découverte du militantisme me sort aujourd'hui par les yeux, et après de grosses remises en question, tout ce que je considérais comme des vérités absolues ce sont peu a peu effondrées pour laisser place à de nouvelles idées. 


J'en suis arrivé au point où j'en ai ma claque d'un certain militantisme queer et féministe, de ses idées enrobées de paillettes mais sans substance, de son envie de changer le monde tout en restant dans des safe space, de son besoin irrépressible de mettre tout les maux du monde sur le dos des méchants "mecs cishet blancs", de son utilisation des trigger warning pour presque tout, de sa course aux oppressions...et j'en passe, parce que je ne vais pas faire la liste de toutes les choses qui selon moi nous on fait atteindre un niveau de ridicule incommensurable.

Quand j'ai rejoint le militantisme, j'avais envie de m'armer intellectuellement pour changer les choses. J'avais besoin d'une communauté, j'avais besoin d'idées nouvelles qui répondent à mes besoins, j'avais besoin d'un endroit où extérioriser ma colère, j'avais besoin d'être soutenu pour oublier à quel point le monde extérieur est pourri envers les minorités. C'est humain, y'a pas de honte à ça, et même que pendant un temps ça m'a fait du bien. 
Mais ça a fini par me bouffer. En dehors des milieux militants tout était "unsafe", le moindre regard était une agression, la moindre blague était offensante, tous les hommes cis étaient dangereux, et au final je vivais encore plus dans la peur alors qu'au départ je voulais m'en délivrer.

J'étais tellement obnubilé par le militantisme que j'en suis arrivé à blesser des gens - parfois des amis - qui voulaient simplement me soutenir et apprendre, et cela parce qu'ils n'étaient pas assez queer, pas assez "safe", trop cis, trop hétéro, et certainement pas capable de comprendre (les cons). J'ai chié sur presque toutes les occasions que j'avais d'éduquer des gens sur la transidentité parce qu'on m'a appris que "on est pas là pour éduquer les cis!". J'en étais arrivé à un point où dès que la situation le permettait, je répétais tout ce que j'avais appris tel un gentil petit perroquet, sans jamais remettre quoi que ce soit en question. Et même s'il y a du vrai dans tout ce que j'ai apprit grâce au féminisme, dans la réalité il y a aussi des nuances et des faits qui prouvent que le monde n'est pas aussi manichéen qu'on se l'imagine.

En me sortant de la tête tous ces trucs appris par cœur, je réalise qu'être trans et neuroatypique ne fait pas de moi une pauvre chose opprimée, ça me complique la vie oui, mais au final ma vie ne tourne pas qu'autour de ça et ça fait du bien de s'en rendre compte.


tl;dr : Je n'ai plus envie d'être le parfait militant™, je rends ma carte d'adhérent. 

23/02/2016

L'INSTANT NOSTALGIE : MES COMPILATIONS METAL

Sur Twitter j'ai commencé à partager les compilations metal de ma "jeunesse", ça a déclenché en moi un petit vent de nostalgie et j'ai eu envie de dédier un article à ces compilations qui m'ont fait découvrir le metal, et plus particulièrement le Nu Metal (bon et aussi le metal symphonique mais j'aurais très bien vécu sans cette découverte là). 

Ma toute première compilation Nu Metal, je me souviens l'avoir acheté par curiosité et parce que j'aimais bien...la pochette.
Et oui, à l'époque (fichtre, je cause comme un vieux) je n'avais pas internet, et quand j'achetais un CD c'était soit parce que j'avais entendu un morceau qui me plaisait à la radio, soit parce que la pochette était cool...en gros je ne savais pas toujours ce que j'achetais, c'était un peu la roulette russe musicale. Pour info, mon tout premier achat musical perso, c'était une cassette audio de l'album The Last Meal de Snoop Dogg...oui vous avez bien lu, une cassette audio...de Snoop Dogg...


Les vrais savent.

Mais je suis pas si vieux que ça hein, les CD existaient déjà, sauf qu'à ce moment j'avais pas assez de thunes pour acheter la version CD et en plus j'avais encore un walkman cassette. I was hipster before it was cool, tu peux pas test'. 

Ma première compil Nu Metal donc, c'était No Bullshit, et ça a été ma première grande révélation musicale. 

Date de parution : 2002

Tracklist :
(morceaux les plus écoutés en gras)

1. LINKIN PARK - One Step Closer
2. INCUBUS - Pardon Me (Acoustic)
3. BLINK 182 - Dammit
4. STAIND - Mudshovel
5. PAPA ROACH - Last Resort
6. DEFTONES - Be Quiet and Drive (Far Away)
7. BOY HITS CAR - The Rebirth
8. GLASSJAW - Siberian Kiss
9. STATIC-X - Get to the Gone
10. POD - Southtown
11. TAPROOT - Mirror's Reflexion
12. REVEILLE - Permanent (Take a Look Around)
13. KID ROCK - Bawitdaba
14. COLD - Go Away
15. MACHINE HEAD - Take My Scars
16. FEAR FACTORY - Replica
17. 28 DAYS - Sucker
18. MILLENCOLLIN - Penguins & Polarbears
19. WILL HAVEN - Fresno
20. (HED)PLANET EARTH - Bartender

Morceau choisi : 


Ce chanteur souffre beaucoup, achevez-le !

Je n'ai pas découvert le genre avec cette compil, mais c'est celle qui me l'a fait aimer et m'a motivé à acheter les albums de certains groupes : Linkin Park (Hybrid Theory), Deftones (White Pony), Glassjaw (Worship and Tribute).
J'ai d'ailleurs une petite anecdote au sujet de l'album Hybrid Theory : Après l'avoir acheté mes grand-parents ont déménagés et le CD avait fini dans un carton. Une fois l’emménagement terminé impossible de remettre la main dessus...j'avais le seum et j'étais persuadé qu'un déménageur me l'avais volé. Je l'ai retrouvé par hasard quelque chose comme cinq - ou peut être même huit - ans plus tard. A ce moment là je n'étais plus le fan que j'étais à l'époque, mais quand même super heureux de l'avoir retrouvé ! (et j'ai aussi un peu culpabilisé d'avoir accusé à tort ces pauvres déménageurs).

Par la suite j'ai acheté d'autres compilations, je ne sais plus exactement dans quel ordre, on s'en cogne.

Date de parution : 2002

Tracklist :
(morceaux les plus écoutés en gras)

1. LIMP BIZKIT - My Way
2. ALIEN ANT FARM - Smooth Criminal
3. PAPA ROACH - Between Angels and Insects
4. LINKIN PARK - Crawling
5. NICKELBACK - How You Remind Me
6. STAIND - It's Been Awhile
7. DEFTONES - Change (in the House of Flies)
8. SUM 41 - Fat Lip
9. BLINK-182 - The Rock Show
10. MARILYN MANSON - The Fight Song
11. SLIPKNOT - Spit It Out
12. QUEENS OF THE STONE AGE - Feel Good Hit of the Summer
13. RAMMSTEIN - Ich Will
14. POD - Alive
15. A - Nothing
16. SALIVA - Your Disease
17. GODSMACK - Bad Magick
18. COLD - Just Got Wicked
19. INCUBUS - Stellar
20. PUDDLE OF MUDD - She Hates Me

Morceau choisi :



A ce moment là je devient officiellement amoureux de Deftones et de Marilyn Manson. Aujourd'hui l'album Holy Wood (In the Shadow of the Valley of Death) est toujours mon album préféré de Manson (avec Antichrist Superstar), il me file encore de frissons tellement il en ressort quelque chose de sombre et torturé, c'est hélas un truc que je n'ai jamais retrouvé dans ses albums suivants. 

Ensuite il y a eu les compilations Nu Metal (ouais, ils se sont pas foulé). Il me semble qu'il y en a eu trois au total, mais je n'avais acheté que les deux premières. J'ai pas spécialement envie de parler de ces compils car dans la première on retrouve des morceaux déjà présents dans Wired-up, et la seconde ne m'a pas spécialement marqué. 

Date de parution : 2002

Par la suite j'ai eu la curiosité de tenter la scène française avec la compilation NU K.O.

Date de parution : 2002


Tracklist :
(morceaux les plus écoutés en gras)

1. PLEYMO - Tout le Monde se Lève
2. MASS HYSTERIA - Remède
3. WATCHA CLAN - Cool (Version Démo)
4. ENHANCER - Supermanisateur (Version Démo)
5. AQME - ''Si'' n'Existe Pas
6. OUT - Sens
7. WUNJO - Lem (Version Démo)
8. BACKSTAB - El Tiempo
9. LUNATIC AGE - Miranda
10. STEREOTYPICAL WORKING CLASS - Already Lost
11. UNSWABBED - Défier l'Ennui
12. MONTGOMERY - Revenir au Monde
13. LETO - Timidité
14. VIRIDIANA - Ire
15. TRIPOD - Serial Laveur
16. KERPLUNK - Distressing Visions
17. FLYING POOH - Crache ta Maille
18. BABYLON PRESSION - Classé X
19. DIVERS - Paranoïa

Morceau choisi : 



Vous constaterez que je n'ai pas bold beaucoup de morceaux, déjà parce que je m'en souvient assez peu et aussi parce que cette compil avait été une grosse déception. Non franchement, le metal français c'est un gros nope pour moi, pas que ce soit franchement mauvais, mais dans ce genre musical le français me fait saigner les oreilles...je peux pas.
Cela dit, j'avais quand même acheté Sombres efforts du groupe Aqme, et même si les paroles sont à mon sens un peu true-dark-prout-prout je trouve que ça reste malgré tout un chouette album.

Des compilations j'en trouvais aussi dans les magazines rock et metal que j'achetais assez régulièrement. J'en possédais une tétrachiée mais la plupart ont finies à la poubelle car trop rayées. Enfin bref, pour vous faire une idée c'était ce genre de compil :
Hélas, à cause de ma mémoire d'huître il me revient en mémoire assez peu de titres présent sur celles que j'avais :




Pour Epica je suis même pas sûr d'avoir retrouvé le bon morceau...mais bon j'y peut rien, dans le metal symphonique tous les morceaux se ressemblent, hin-hin :p.

Enfin bref, c'était un petit tour rapide des principales compilations metal de mon adolescence, j'espère que ça vous a plu et peut être rappelé de bons souvenirs !




22/02/2016

JE NE VEUX PLUS ETRE UNE VICTIME

Récemment j'ai perdu ma grand-mère, c'était une femme merveilleuse que j'aimais de tout mon coeur. Je l'ai vu décliner à cause de la maladie d'Alzheimer. C'étais moche, vraiment. Nous avons passé quatre jours à attendre l'enterrement, passant nos après-midis au funérarium pour la voir. C'est la première fois que je faisais fasse à la mort d'un proche, avant ça je ne savais pas ce que ça faisait de voir une personne morte, de la voir reposer dans un cercueil et lui faire ses adieux. Ça m'a secoué, j'ai réalisé l'importance de la vie et je me suis juré de ne pas seulement exister, mais de vivre.
Je sais que c'est hyper cliché, mais bordel la vie est tellement précieuse. C'est vrai qu'elle est parfois merdique, mais elle n'est pas que ça. Elle est tellement plus que ça. 

J'ai constaté qu'en l'espace de quelques mois ma vie a vraiment commencé à changer. Ma transition m'a beaucoup aidé, je m'autorise enfin à être moi-même et le fait de ne plus jouer un rôle m'a enlevé un sacré poids. Mais ça a aussi été le déclencheur d'autres changements, il y a eu comme un effet boule de neige assez incroyable qui a modifié ma façon de percevoir les choses.

Je me suis longtemps apitoyé sur mon sort, préférant mettre tous mes problèmes sur le dos de mes maladies mentales plutôt que de chercher des solutions. Par résignation j'ai fini par me conforter dans mon rôle de victime, me répétant sans cesse "je n'y arrive pas" ; "je ne peux pas" ; "je suis malade, à quoi bon?"...etc. C'est dur de l'admettre mais j'avais toujours une excuse pour ne pas affronter mes peurs et ne pas prendre mes responsabilités, et je crois qu'au final je me suis moi-même persuadé que je n'étais bon à rien. J'avais -  et j'ai toujours - de véritable blocages lié à ma dépression et à ma phobie sociale. C'est pas du flan et c'est clairement un enfer à vivre. Le problème c'est que j'ai laissé ces blocages prendre le contrôle de ma vie. Pire encore, je les ai laissé sciemment devenir une partie de moi-même, les brandissant comme un bouclier au moindre obstacle ou à la moindre remarque. C'était un moyen de défense assez malsain, mais c'était le seul que j'avais à ce moment là. C'est tout le problème avec la dépression, on sait que les autres ont raison de vouloir nous secouer, mais c'est trop violent, trop dur à gérer, la réalité fait beaucoup trop mal...et quand on arrive pas à trouver en nous la force d'avancer, on abandonne.
Mais aujourd'hui je suis persuadé que cette force nous l'avons tous, et pour la trouver il suffit parfois d'une petite impulsion : l'aide d'un proche et/ou d'un professionnel, s'imposer des défis, apprendre à apprécier les petites réussites du quotidien...etc. Baisser les bras ça arrive à tout les dépressifs, mais le plus important c'est de ne jamais définitivement abandonner. Nous sommes plus forts que nous le pensons, malheureusement le plus dur c'est de s'en persuader...mais il faut y croire, je vous promet que ça fait des miracles !


Grâce au travail que j'ai fais sur moi-même je vais beaucoup mieux, pour autant je ne suis pas à l'abris d'une rechute, j'en suis parfaitement conscient. Mais quand je regarde les épreuves que j'ai traversé je me dis que je suis capable de réaliser beaucoup de choses. 
Il y a 6 mois je n'aurais jamais imaginé être capable de passer un concours, de suivre une formation d'infographiste, de prendre les transports en commun, de réfléchir à des projets professionnels et de tout faire pour les réaliser...et pourtant j'en suis là, j'y arrive et j'ai encore du mal à y croire ! Je suis tellement fier de moi, et cette fierté me pousse à avancer encore et encore.

Je ne veux plus jamais me voir comme une victime et je veux que ça s'étende à tout les aspects de ma vie. Je fais parti d'une minorité. Je suis trans et oui c'est pas facile tous les jours, notre société a encore bien de progrès à faire concernant les droits LGBT. Mais je fais parti de cette foutue société, et si je me permets d'être critique envers elle alors je me dois de tout faire pour la changer. Je ne dis pas que se plaindre c'est mal, exprimer son mécontentement est tout à fait légitime, mais si à côté on ne fait rien de concret alors ça ne sert pas à grand chose.

Ça fait peut être un peu donneur de leçons qui enfonce des portes ouvertes...je sais pas, sachez juste que je partage un peu de mon vécu car ça me fait du bien d'en parler. Mais j'ai aussi et surtout envie de vous dire qu'on peut aller mieux, le problème c'est que ça ne tombe pas du ciel par magie. Il faut y aller à son rythme, se donner les moyens d'y arriver et bousculer un peu le destin.



25/10/2015

[docu] Still Life (2014)

Hier, en me connectant sur youtube je me suis rendu compte que j'avais quelques vidéos oubliées dans mon onglet "à regarder plus tard". Parmi elles, un documentaire réalisé l'année dernière par la chaîne Motherboard.(associée au magazine Vice). Ce docu nous présente le Dr. Alejandro Hernández Cárdenas et sa technique d'identification de corps en décomposition. J'ai été fasciné par ce documentaire et par cette technique de réhydratation de corps "momifiés" qui permet aux légistes d'identifier à nouveau les défunts, et de découvrir des indices permettant de trouver les causes des décès. 
Reportage intéressant, mais au contenu très graphique et pas franchement joyeux, de fait je vous déconseille de le regardez si vous êtes sensibles.

19/10/2015

Niouzes : Vautour en transition.


Aujourd'hui je fête mon premier moinniversaire sous testostérone (yay!) et j'ai enfin eu la seconde injection que mon organisme réclamait depuis une semaine. Effectivement, ces derniers jours ont été un peu rudes, mon taux de testo ayant beaucoup chuté en fin d'injection je me suis retrouvé avec le moral dans les chaussettes et très fatigué physiquement. Ajoutez à ça un bon gros rhume, et ça vous donne : une loque humaine. 

Bien que les hormones ne m'ont pas encore apporté de changements physique notables, le bilan de ce premier mois est plutôt positif. Déjà je me sens bien, tant sur le plan physique que moral, et en début d'injection j'avais même la patate ! Physiquement, on peu à la rigueur compter deux ou trois poils de plus sur les jambes, un peu plus de duvet blond sur mes joues et des bébés poils de moustache qui commence à être plus foncés, mais à part ça rien de grandiose...en même temps, ce n'est que le premier mois.
Au niveau de l'humeur et de la libido on m'avait dit que ça risquait d'être la folie, mais en fait pas tant que ça. Déjà, ma libido est toujours aussi inexistante et ça me convient très bien. Quand à l'humeur, j'ai juste l'impression d'être un peu moins patient et de m'énerver plus facilement qu'avant, mais j'ai aussi et surtout le sentiment que c'est est lié au fait que je m'affirme plus car je me sens mieux dans mes pompes.

La seule chose négative que je ressens avec la testo c'est des pics de dysphorie. Avant d'être hormoné je les ressentais, mais je passais plus facilement au dessus de ce malaise en me disant que, de toutes façons, mon corps ne changerait jamais et que je devais faire avec. Maintenant, avec les hormones, je sais que mon corps va (lentement) se modifier et que ça ira mieux, mais j'ai pourtant encore plus de mal à le supporter tel qu'il est, et je ressens plus de colère vis à vis de ça. Du coup je peux me sentir très mal à l'aise de façons assez random, genre si je croise dans la rue un mec avec une carrure en V, ou si je vois un gars torse nu dans un clip musical, bref n'importe quel trucs qui me rappellent que je n'ai pas ça et que c'est une putain d'injustice. C'est chiant, parce qu'il m'arrive de me sentir ultra badass, et là je me croise dans un miroir et je vois une espèce de patate avec des hanches et des cuisses énormes avec posé sur le dessus une petite tête ridicule, et c'est...le drame. Mais bon, pour le moment je ne le vis pas super mal non plus, ça fini toujours par passer.

Pour finir, je vous laisse avec quelques photos que j'ai fait pour mon tumblr et principalement pour le Vulture Culture Challenge (#VCchallenge).